Nicolas Nickleby. Édition abrégée EBOOK Tooltip

Auteur: Charles Dickens
Taal: Frans
  • bol.com Kobo LeesappEbooks lezen is heel makkelijk. Na aankoop zijn ze direct beschikbaar op je Kobo e-reader en op je smartphone of tablet met de gratis bol.com Kobo app.

  • Franstalig
  • E-book
  • 1230003184561
  • april 2019
  • Epub zonder kopieerbeveiliging (DRM)
Alle productspecificaties

Charles Dickens

Twaalf jaar oud was Charles John Huffham Dickens toen hij in dienst kwam van Warren's Blackening Factory, een schoensmeerfabriek in Londen. Zijn vader was in het gevang beland door zijn financiële wanbeleid en er moest brood op de plank. Charles Dickens beschouwde zijn tijd als fabrieksarbeider als de vreselijkste periode in zijn leven, een afschuw die doorklinkt in romans als Great Expectations en David Copperfield.Nadat hij zijn school had afgemaakt, werd Dickens freelance verslaggever voor de krant. Hij werkte keihard en huwde Catherine Hogarth in april 1836. Zijn eerste feuilleton, The Pickwick Papers, was zo'n succes dat er nog vele zouden volgen. Dickens gaf ook lezingen van zijn werk en die waren immens populair.Het succes gaf Dickens eindelijk de mogelijkheid om te reizen en hij bezocht o.m. Italië, Zwitserland en Frankrijk. Zijn huwelijk was echter niet erg gelukkig en in 1858 besloten hij en zijn vrouw dat het beter zou zijn als hun wegen scheidden.Charles Dickens werkte aan Edwin Drood, toen hij getroffen werd door een beroerte. Hij stierf de volgende dag. Hij is begraven in Westminster Abbey, Londen. Op bol.com vind je alle boeken van Charles Dickens, waaronder het nieuwste boek van Charles Dickens.

Samenvatting

Dans une partie écartée du Devonshire, en Angleterre, vivait un certain Godefroi Nickleby. Ce digne homme épousa une femme qu'il aimait, et qui, en acceptant sa main, ne montra pas moins de désintéressement.


Godefroi mena d'abord une existence assez précaire ; mais un de ses oncles étant venu à mourir subitement, le mit à même d'acheter une petite ferme, et d'élever ses deux fils. Il institua M. Godefroi son légataire universel.


À sa mort, arrivée quinze ans après, M. Godefroi put laisser à Ralph, son fils aîné, trois mille livres en numéraire, et à Nicolas, le plus jeune, mille livres et la métairie. Les deux frères avaient été élevés ensemble dans une pension à Exeter, et, comme ils venaient une fois par semaine à la maison, ils tenaient de la bouche de leur mère de longs détails sur les souffrances de leur père aux jours de sa pauvreté, et sur la splendeur de leur oncle défunt aux jours de sa prospérité. Ces récits produisirent sur chacun des enfants une impression toute différente. Le plus jeune, naturellement timide et ami de la retraite, en conclut simplement qu'il fallait fuir le grand monde, et s'attacher à la vie paisible et routinière des champs. Ralph, l'aîné, tira de cette histoire tant de fois répétée ces deux grandes moralités : que les richesses sont l'unique et la véritable source du bonheur, et qu'il est légitime de se les procurer par tous les moyens imaginables. Loin de se borner à la théorie, et de laisser ses facultés se rouiller dans des abstractions purement spéculatives, cet enfant de haute espérance débuta par être usurier à l'école sur une petite échelle. Il faisait valoir à gros intérêts un mince capital de crayons et de billes, et ses opérations finirent par embrasser la monnaie de cuivre de la jeune république. Il n'embarrassait pas ses emprunteurs de stériles calculs de chiffres, et ne les renvoyait point à Barême ; sa simple règle d'intérêt était comprise tout entière dans cette sentence dorée : Quatre sous pour un sou ! ce qui simplifiait extraordinairement les comptes. Cette sentence, considérée comme précepte usuel, bien plus facile à retenir qu'aucune règle connue d'arithmétique, ne saurait être trop fortement recommandée à l'attention des capitalistes, grands et petits, et notamment des prêteurs sur gages et escompteurs. Il est vrai de dire, pour rendre justice à ces messieurs, que la plupart d'entre eux ont l'habitude de la mettre en usage avec un remarquable succès.


À la mort de son père, Ralph Nickleby, qui, peu de temps auparavant, avait été placé dans une maison de commerce de Londres, poursuivit avec rage son projet favori, celui de gagner de l'argent. Ce soin l'absorba bientôt à tel point que, pendant longues années, il oublia complètement son frère pour ne songer qu'à prêter sur gages, agioter, et créer des sociétés en commandite.


Quant à Nicolas, il vécut solitaire de son revenu patrimonial, jusqu'à ce que, las de son isolement, il épousât la fille d'un propriétaire du voisinage, avec une dot de mille livres sterling. La bonne dame lui donna deux enfants, un fils et une fille, et lorsque le fils eut près de dix-neuf ans, et la fille quatorze ou environ, M. Nickleby avisa aux moyens d'augmenter son avoir, malheureusement écorné par l'accroissement de sa famille et les dépenses de l'éducation de ses enfants.


— Spéculez avec vos fonds, dit madame Nickleby. — Spéc…u…ler, ma chère ? dit M. Nickleby avec hésitation. — Pourquoi pas ? demanda madame Nickleby. — Parce que, si nous les perdions, nous ne pourrions plus vivre, ma chère. — Bah ! dit madame Nickleby. — C'est bien chanceux, ma chère, dit M. Nickleby. — Voilà Nicolas grand garçon, poursuivit la dame ; il est temps qu'il songe à se tirer d'affaire lui-même ; et Catherine aussi, la pauvre fille, sans un sou vaillant dans le monde. Songez à votre frère ; serait-il ce qu'il est s'il n'avait spéculé ? — C'est vrai, repartit M. Nickleby, oui… je spéculerai, ma chère.


Les chances furent défavorables à M. Nickleby, il y eut des bouleversements inattendus ; quatre agents de change disparurent ; quatre cents personnes furent ruinées, et entre autres M. Nickleby.


— La maison que j'habite, dit en soupirant le pauvre homme, peut m'être enlevée demain. Mon vieux mobilier sera vendu pièce à pièce à des étrangers !


Cette dernière réflexion lui causa une si vive douleur, qu'il se mit au lit, apparemment pour le garder à tout événement.


On eut lieu de croire que dès ce moment il n'était plus dans son bon sens ; car il radota longtemps au sujet de la générosité de son frère, et des heureux jours qu'ils avaient passés ensemble à l'école. Après cet accès de délire, il recommanda solennellement sa famille à celui qui n'abandonne jamais les veuves et les orphelins ; puis, souriant doucement, il détourna la tête, et dit qu'il croyait pouvoir s'endormir.

Lees de eerste pagina's

Productspecificaties

Inhoud

Taal
Franstalig
Bindwijze
E-book
Verschijningsdatum
april 2019
Ebook formaat
Epub zonder kopieerbeveiliging (DRM)

Lees mogelijkheden

Lees dit ebook op
Desktop (Mac en Windows) | Kobo e-reader | Android (smartphone en tablet) | iOS (smartphone en tablet) | Windows (smartphone en tablet) | Overige e-reader

EAN

EAN
1230003184561

Overige kenmerken

Thema Subject Code
FB

Je vindt dit artikel in

Categorieën
Taal
Frans
Boek, ebook of luisterboek?
Ebook
Studieboek of algemeen
Algemene boeken
Nog geen reviews
Bindwijze: E-book
2 99
Direct beschikbaar
Verkoop door bol.com
  • E-book is direct beschikbaar na aankoop
  • E-books lezen is voordelig
  • Dag en nacht klantenservice
  • Veilig betalen

Alle bindwijzen en edities (2)